La Liberté

Anniversaire d’un siège sans fin

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Pour les migrants à la recherche de travail, comme ces hommes du Niger, fin février, il est devenu difficile d’entrer en Lybie. © Keystone
Pour les migrants à la recherche de travail, comme ces hommes du Niger, fin février, il est devenu difficile d’entrer en Lybie. © Keystone
Partager cet article sur:
06.04.2020

Les affrontements ont repris en Libye. La communauté internationale semble avoir baissé les bras

Célian Macé

Bataille de Tripoli » Il y a un an jour pour jour, le maréchal Khalifa Haftar ordonnait à ses troupes de monter à l’assaut de Tripoli. Mais les institutions sont restées en place. Ces dernières semaines, les affrontements ont repris de plus belle en Libye. Le nombre de victimes de part et d’autre, non communiqué officiellement, serait élevé.

Pour Khalifa Haftar, Les «institutions corrompues» sont en premier lieu le gouvernement d’union nationale issu de l’accord de paix parrainé par l’ONU, et la Banque centrale libyenne, organe clé de la redistribution de la manne pétrolière. Mais les «milices», encombrant héritage des groupes armés révolutionnaires qui ont renversé le régime de Kadhafi en 2011, ont fait front commun pour repousser l’offensive de l’autoproclamée «armée nationale arabe libyenne» du maréchal. Malgré leurs divisions, elles tiennent bon.

«Aucun des deux camps n’est aujourd’hui capable de remporter une victoire définitive, explique Ali Bensaâd, professeur à

Articles les plus lus
Dans l'adversité...
Dans l'adversité...
Suivez-nous sur insta

L’actu de votre région aussi sur @lalibfribourg

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00