La Liberté

Tous aux abris, l’électrique débarque

Avec 5028 exemplaires immatriculés en 2019, la Tesla Model 3 a fait décoller les ventes de la marque américaine. © DR
Avec 5028 exemplaires immatriculés en 2019, la Tesla Model 3 a fait décoller les ventes de la marque américaine. © DR
Partager cet article sur:
04.03.2020

La part des voitures fonctionnant à l’énergie renouvelable est en forte augmentation en Suisse

Jean-Cosme Zimmermann

Statistiques 2019 » Qui aurait parié, il y a quelques années, qu’une voiture comme la Model 3 de Tesla se rapprocherait de l’indéboulonnable Golf en termes de volume? Et que la marque qui ne propose pour l’heure que trois modèles aux tarifs élevés égalerait les ventes d’un constructeur généraliste comme Citroën?

C’est pourtant ce que révèle le tableau des ventes en Suisse pour l’an dernier. Les chiffres sont éloquents: la part des voitures hybrides ou électriques est en forte augmentation et la part des motorisations diesel, sous le feu de la critique ces dernières années, a diminué de 12%.

Normes non respectées

Tout serait parfait si ces chiffres permettaient à la Suisse de respecter les normes d’émission de CO2 fixées à 130 g/km pour l’année écoulée. Mais ce n’est de loin pas le cas.

Tout d’abord, parce que le parc automobile a encore augmenté de 3,7%, avec 311 466 nouvelles immatriculations, ce qui réjouit les vendeurs, mais augmente la charge sur l’environnement. Ensuite, parce que la diminution des motorisations diesel, remplacées en majorité par des moteurs à essence, plus gourmands et plus polluants, n’aide pas les importateurs à respecter les normes.

Les SUV en force

Enfin, la proportion toujours plus grande de SUV, plus lourds, et de transmissions intégrales plus énergivores (plus de la moitié des nouvelles immatriculations) explique pourquoi le marché rate sa cible. Ainsi, l’an dernier, les ventes de véhicules dépassant la limite de 130 g de CO2 par kilomètre ont augmenté de 11%, anéantissant les effets de la progression de véhicules plus propres.

Le paysage automobile devrait cependant continuer à évoluer. Les grands constructeurs ont considérablement élargi l’offre de véhicules hybrides et électriques, ou sont en passe de le faire. De quoi répondre aux attentes des acheteurs qui ont désormais un véritable choix face aux seuls moteurs à combustion. Il faut laisser le temps, même si celui-ci presse. Il est toutefois illusoire d’espérer atteindre les objectifs d’émission de CO2 fixés pour cette année à 95 g/km.

L’embarras du choix

Avec les nouveautés à des prix abordables, celui qui souhaite s’acheter une nouvelle voiture a l’embarras du choix. Et chaque utilisateur devrait trouver son compte en fonction de ses besoins de mobilité. Electrique pour ceux qui empruntent des trajets entre 50 et 200 kilomètres par jour, hybride rechargeable pour une utilisation majoritaire sur de petits parcours, mais qui n’exclut pas de longs trajets.

Avant que les progrès annoncés du côté de l’autonomie, le développement de nouvelles batteries exemptes de cobalt polluant et la multiplication de stations de recharge ne donnent un avantage définitif au tout électrique. Un choix qui se justifie d’autant plus dans notre pays, où l’approvisionnement électrique est majoritairement issu d’énergies renouvelables.

Consommateur gagnant

Le supplément de prix encore demandé est déjà en partie compensé par les aides financières, les frais d’entretien réduits grâce à une mécanique plus simple et la longévité accrue de certaines pièces comme les plaquettes de frein moins sollicitées… A l’usage, le consommateur est gagnant.

Il faudra tout de même résoudre à court terme d’autres problèmes. Avec la diminution de la consommation d’essence, le fonds routier alimenté par les taxes sur les carburants va fondre. Les professionnels de l’automobile vont de leur côté voir leur métier évoluer, l’aspect informatique prenant le pas sur le mécanique. Et comme les moteurs électriques ne demandent quasiment pas d’entretien, le rôle du mécanicien va considérablement diminuer.

Articles les plus lus
Suivez-nous sur insta

L’actu de votre région aussi sur @lalibfribourg

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00